Imprimer

NON A LA PRIVATISATION D'AEROPORTS DE PARIS !

Écrit par UD 38 le . Publié dans Communiqués de Presse Confédéraux

Tribune de Gérard Mardiné, secrétaire national CFE-CGC en charge de l'Économie.

10/09/2019

Prévue dans la loi relative à la croissance et la transformation des entreprises (loi Pacte) promulguée en mai dernier, la privatisation d’Aéroports de Paris (ADP) constituerait un non-sens et une faute politique majeure particulièrement préjudiciable à tous niveaux. Le gouvernement souhaite ainsi vendre des bijoux de famille pour essayer de compenser un déficit qu’il ne se donne pas les moyens de réduire...

Outre qu’elle ne figurait pas dans le programme électoral d’Emmanuel Macron, c’est une aberration de privatiser une infrastructure stratégique en situation de monopole. De par leur mission d’intérêt général vitale pour notre pays, les infrastructures stratégiques de transport et de production d’énergie doivent rester sous le contrôle de l’État. ADP, premier point d’entrée-sortie dans notre pays, en fait partie. C’est avant tout une infrastructure aéronautique critique opérant dans un contexte de sécurité et de sûreté très élevé requérant, aux côtés des salariés d’ADP très engagés dans la bonne marche de l’entreprise, des services régaliens de police, de douane et de contrôle aérien. Ce n’est donc en aucun cas en premier lieu un « centre commercial », comme tente de le faire croire l’exécutif pour justifier cette privatisation absurde !

Quant au fameux fonds pour l’innovation que la privatisation d’ADP est censée abonder, voilà une véritable escroquerie. Tout le monde a cru que ce fonds serait doté de 10 milliards d’euros. Eh bien non ! Ce sont en réalité 10 milliards d’actifs qui, placés à 2,5%, vont générer 250 millions d’euros par an pour l’innovation. Il vaudrait donc bien mieux conserver ADP et ses 170 millions de dividendes versés annuellement !

Afin de ne pas renouveler l’expérience calamiteuse de la privatisation des autoroutes, ou plus récemment celle de l’aéroport de Toulouse, la CFE-CGC appelle donc ses adhérents, ses militants et tous nos concitoyens à signer la pétition en ligne pour l’organisation d’un futur référendum visant à affirmer le caractère de service public national d’ADP. Nous comptons sur vous !