Imprimer

Violences faites aux femmes :

Écrit par UD 38 le . Publié dans Communiqués de Presse Confédéraux

dans l’entreprise les moyens pour lutter se réduisent.

30/11/2017

Le gouvernement se saisit avec emphase de la problématique de la violence faite aux femmes. La CFE-CGC soutient que cette violence existe aussi en entreprise, qu’elle est intolérable et qu’il faut y mettre fin. Celle-ci est parfois insidieuse : phrase dévalorisante régulière, sexisme, discrimination, sans parler des pressions exercées sur certaines stagiaires ou employées, les abus de pouvoir et enfin, la violence sociale du traitement différencié des carrières et des rémunérations.

La CFE-CGC note cependant, avec un peu d’amertume, le manque de cohérence du gouvernement. C’est ainsi que, trois mois après avoir organisé la disparition du CHSCT, Murielle Pénicaud, ministre du Travail, envoie un courrier aux organisations syndicales pour recueillir leurs idées sur la façon de mieux lutter contre ce fléau. Or des moyens dédiés existaient justement dans cette instance, permettant aux représentants d’agir pour détecter les situations anormales et veiller à ce qu’il y soit mis fin.

Hélas, dorénavant la problématique des violences et des discrimination subies par les femmes en entreprise sera traitée par les représentants du personnel en fonction des priorités puisque c’est le CSE qui aura à traiter de l’ensemble des dossiers. Contrairement aux instances dédiées (DP et CHSCT), permettant d’analyser les situations en détails, les élus CSE devront traiter de tout sans compétence spécifique.

Pour la CFE-CGC, les sujets de cette importance méritent mieux que des positions de circonstance. Ces dossiers méritent l’engagement et l’implication de tous, de la formation, de l’expertise pour que la communication ne se substitue pas à la justice, de l’éducation, de la disponibilité et des sanctions proportionnées. La CFE-CGC y travaille depuis des années, dans l’entreprise par l’implication de ses représentants au CHSCT et grâce à notre réseau « équilibre ». Nous continuerons à nous battre avec des moyens, malheureusement réduits et inadaptés, au sein du CSE.

Imprimer

Formation professionnelle : début d’un chantier titanesque

Écrit par UD 38 le . Publié dans Communiqués de Presse Confédéraux

La première réunion de négociation sur la formation professionnelle a permis de valider la méthodologie de travail et d’échanger sur la philosophie du compte de développement personnel.

27/11/2017

La CFE-CGC se réjouit que les différents acteurs aient à peu près la même vue sur :

• Les capacités de ce futur compte (choix individuel, partie mutualisée pour permettre des reconversions, possibilité d’abondements...et que l’unité de stockage ne soit pas l’euro).
• L’accompagnement dont l’accès doit rester gratuit pour tous les actifs et implémenté de façon territoriale.

Il apparaît aussi clairement que les moments conflictuels ou de divergence apparaîtront à partir de mi-janvier lorsque les partenaires sociaux entameront les deuxièmes réunions sur les différents sujets abordés.
Des différences d’ambition et donc de financement, voire d’implémentation pourraient se révéler.

Cette réunion a permis aussi de montrer que la question d’universalité des publics pose la question du cadre pour échanger avec les différents financeurs. Cela est particulièrement prégnant sur le conseil en évolution professionnelle mais également sur le compte personnel de développement (ex CPF). Il est urgent de trouver une solution pour être en capacité d’avancer concrètement avec toutes les parties prenantes.

Enfin pour la CFE-CGC, la nouvelle architecture ainsi que les possibilités d’utilisation devront permettre d’utiliser les nouvelles technologies dans un cadre structuré et pertinent qui permette à tous les actifs d’être acteurs de leur parcours professionnel en toute sécurité.

Pierre Jan - Relations Presse et institutionnelles
Tél. : 01 55 30 12 92 / 06 32 05 69 02 / E-Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Imprimer

La CFE-CGC négociera la transformation de la formation professionnelle

Écrit par UD 38 le . Publié dans Communiqués de Presse Confédéraux

La CFE-CGC partage l’objectif d’accompagner la transformation du pays via un investissement massif dans les compétences des salariés.

16/11/2017

La CFE-CGC négociera cette transformation afin que ce nouveau système permette réellement aux salariés d’être des acteurs éclairés pour bâtir leur parcours professionnel en toute sécurité.

Il faut toutefois souligner que l’opérationnalité de certains pans du système à construire ne semble pas évident, notamment dans un temps si contraint, contenus de certains impératifs (disparition du Congés individuel de formation ; suppression de la notion d’heure pour le CPF), d’injonctions paradoxales (sélectivité/ouverture ; rapidité / qualité ; gestion de la complexité / simplicité d’accès) ou bien du flou sur le financement du dispositif universel (Compte Personnel de Formation) dans la lettre de cadrage.

La CFE-CGC ira dans cette négociation pour :

• qu’un système de transition professionnel mutualisé perdure, pour permettre des transitions longues pour tous les salariés. Ces formations longues doivent se faire sur le temps de travail pour éviter que les salariés soient obligés de passer par la case chômage pour se former.
• qu’un accompagnement performant existe afin de ne pas laisser les salariés seuls face à un outil informatique pour s’orienter.
• de poser la première brique d’une authentique prise en compte du capital humain en abordant les nécessaires questions de son développement et de l’accroissement de sa valeur par les compétences.
• clarifier le financement du CPF en fonction de la population bénéficiaire (salarié du privé, salarié du secteur public, indépendant).

Pour la CFE-CGC, la gestion de la transition, et donc du temps imparti pour la mise en œuvre réussie de ces transformations, sera primordiale.

Pierre Jan - Relations Presse et institutionnelles
Tél. : 01 55 30 12 92 / 06 32 05 69 02 / E-Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Imprimer

La CFE-CGC salue l’élection de Jean-François Foucard à la vice-présidence de l’Apec

Écrit par UD 38 le . Publié dans Communiqués de Presse Confédéraux

Dans le cadre de la traditionnelle alternance entre patronat et syndicats de salariés, Jean-François Foucard (CFE-CGC) a été élu,

15/11/2017

le 16 novembre, vice-président de l’Association pour l’emploi des cadres, l’instance paritaire au service des cadres et des entreprises.

Cette élection, pour un mandat de deux ans, est un nouveau motif de fierté pour la CFE-CGC après l’élection, en novembre 2015, de Marie-Françoise Leflon (ancienne secrétaire générale confédérale) à la présidence de l’Apec. C’est également un bon signal alors que les partenaires sociaux s’apprêtent à ouvrir la négociation nationale interprofessionnelle sur le statut de l’encadrement.

François Hommeril : « Nos liens sont très forts avec l’Apec »

L’élection de Jean-François Foucard confirme les liens historiques entre le syndicat de l’encadrement (agents de maîtrise, cadres, ingénieurs, techniciens) et l’Apec, acteur incontournable de l’emploi. "Nos liens sont très forts avec l’Apec, créée en 1966 sous l’impulsion de la CGC, rappelle François Hommeril, président confédéral. Voilà un formidable exemple d’une instance paritaire avec des partenaires sociaux qui discutent, décident et agissent pour construire un dispositif paritaire géré de manière extrêmement rigoureuse avec les succès qu’on connaît. C’est un exemple à suivre pour beaucoup !"

Reconnue comme un des cinq acteurs nationaux du conseil en évolution professionnelle (CEP), l’Apec assure quatre grandes missions :
- Conseiller les cadres : mobilité interne ou externe, seconde partie de carrière, création ou reprise d’entreprise, formation etc.
- Accompagner les jeunes issus de l’enseignement dans leur projet professionnel.
- Conseiller les entreprises (recrutements, développer et fidéliser les compétences internes).
- Observer le marché de l’emploi cadre : métiers, secteurs, régions, recrutements, salaires, mobilités professionnelles et insertion des jeunes.

A propos de Jean-François Foucard

Ingénieur de formation, Jean-François Foucard (54 ans) a effectué sa carrière professionnelle chez Dassault Systèmes (édition de logiciels industriels). Issu de la fédération CFE-CGC de la métallurgie, il a débuté son parcours syndical en entreprise en 1996 et exercé plusieurs mandats jusqu’en 2013. Hors entreprise, Jean-François Foucard a exercé diverses activités au niveau confédéral (négociations interprofessionnelles, administrateur Unédic...) et comme secrétaire fédéral métallurgie.

Lors du 36e congrès confédéral organisé en juin 2016 à Lyon, il est élu secrétaire national CFE-CGC en charge du secteur Emploi, formation, digitalisation et égalité professionnelle.

Pierre Jan - Relations Presse et institutionnelles
Tél. : 01 55 30 12 92 / 06 32 05 69 02 / E-Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Imprimer

Semaine Européenne du Handicap :

Écrit par UD 38 le . Publié dans Communiqués de Presse Confédéraux

chaque jour de l’année la CFE-CGC Handicapable !

14/11/2017

Du 13 au 19 novembre 2017, se déroule la 21e Semaine pour l'emploi des personnes handicapées ! Pour nous à la CFE-CGC, c’est chaque jour de l’année que nous sommes résolument engagés sur les sujets santé au travail et handicap !

Dans ce contexte de restrictions budgétaires la CFE-CGC a interpellé Sophie CLUZEL, Secrétaire d’Etat en charge des personnes en situation de handicap et a proposé lors de cette rencontre le 9 novembre 2017, plusieurs actions.
Sécuriser les fonds destinés à l’emploi des personnes en situation de handicap.

Renoncer à la fusion de l’Agefiph et du Fiph qui aurait au final des effets négatifs pour tous, les niveaux d’intégration de personnes en situation de handicap étant très différents dans le secteur public et dans le privé.

Développer l’accompagnement du handicap psychique au sein des entreprises par une montée en compétence des prestataires financés par l’Agefiph.

Rendre notre société plus inclusive en facilitant l’accès à la VAE pour l’ensemble des demandeurs d’emploi en situation de handicap, y compris la population de l’encadrement.

Faciliter la vie professionnelle des aidants familiaux en maintenant par exemple les cotisations à taux plein lorsque les salariés sont à temps partiel par obligations familiales.

Les personnes en situation de handicap sont deux fois plus touchées que les travailleurs valides par le chômage. Il s’agit maintenant de passer des constats aux actes pour imaginer les dispositifs qui permettront à chacun de révéler son potentiel. Nous attendons du gouvernement qu’il nous démontre la pleine mesure de son engagement sur le sujet.

La CFE-CGC quant à elle continuera à agir au quotidien pour sensibiliser sur tous les types de handicap.

Tous handicapables à la CFE-CGC chaque jour de l’année !

Pierre Jan - Relations Presse et institutionnelles
Tél. : 01 55 30 12 92 / 06 32 05 69 02 / E-Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Imprimer

Intersyndicale : La CFE-CGC déplore le manque d’unité

Écrit par UD 38 le . Publié dans Communiqués de Presse Confédéraux

La CFE-CGC regrette que la réunion intersyndicale du 24 octobre ne puisse se conclure sur un texte commun ni sur une action unitaire.

25/10/2017

Chaque organisation a pu, depuis la rentrée, exprimer son opposition aux ordonnances travail et son inquiétude de voir le dumping social se développer grâce à cette nouvelle loi de flexibilisation du marché du travail.

La publication de certains décrets était attendue avec attention comme un moyen d'atténuer l'impact des ordonnances sur les entreprises et notamment sur la capacité des élus à exercer leur mandat pour l'intérêt des salariés.

Nous savons maintenant depuis 4 jours qu’il n’en est rien et que les moyens, le nombre d’élus titulaires par exemple, sont fortement diminués. Ils sont même plus faibles que ceux proposés par les organisations patronales à l’occasion de la négociation de l'ANI sur le dialogue social de 2015.

Regrettant la difficulté d'organiser une action unitaire la CFE-CGC décide d’interroger ses instances dirigeantes pour décider de rejoindre ou non l'appel à manifester du 16 novembre prochain.

Pierre Jan - Relations Presse et institutionnelles
Tél. : 01 55 30 12 92 / 06 32 05 69 02 / E-Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.