Imprimer

Formation "Inaptitudes et Maladies Professionnelles : Comment accompagner les salariés à risques ?"

Écrit par UD 38 le . Publié dans Formations / Réunions

PATHOLOGIES PSYCHIQUES 0L'épuisement professionnel, perte du sens commun, et, après des arrêts maladie, Inaptitude ou Maladie Professionnelle.
Vaste sujet !
Mais quelles sont les procédures et solutions ? Quel accompagnement ? Vers qui se tourner ?
Nous allons vous proposer des solutions

Pour ce faire, nous vous donnons rendez-vous le Jeudi 13 Décembre de 14h à 17h (accueil à partir de 13h45), dans nos locaux de la Bourse du Travail de Grenoble.

Notre intervenant, Bertrand ARTIGNY, de la SECAFI, répondra à toutes vos interrogations sur le thème suivant :

Inaptitudes et Maladies Professionnelles : Comment accompagner les salariés à risques ?
Quelles sont les procédures et prises en charges ? Reclassement ?

Construire

Vous pouvez vous inscrire via le lien suivant cliquez ici, et ce avant le Jeudi 6 Décembre 2018.

L'Union Départementale tient également à vous signaler qu'elle ne pourra hélas pas prendre en charge les frais de déplacements.

Nous vous attendons nombreux !

Danielle POUSSIERE,
Vice-Présidente en charge du Pôle Protection Sociale

Imprimer

La notion de cadre : une idée moderne pour redonner du sens au travail

Écrit par UD 38 le . Publié dans Communiqués de Presse Confédéraux

et réhumaniser l’entreprise au service de l’efficacité collective

14/11/2018

A ceux qui tentent de ringardiser la notion de cadre, la CFE-CGC tient à rappeler la contribution déterminante des salariés de l’encadrement au bon fonctionnement et à l’efficacité des collectifs de travail dans les entreprises et la fonction publique. La définition de l’encadrement est indispensable pour y associer des dispositions permettant un exercice efficace et soutenable dans la durée des fonctions exercées (en actualisant l’accord interprofessionnel de 1983) et ainsi se donner les moyens d’inverser la tendance à une désaffection croissante à accéder à plus de responsabilités, très pénalisante pour nos entreprises et notre économie.

Les salariés de l’encadrement sont ceux qui contribuent significativement aux processus de prise des décisions importantes de l’entreprise, dans tous ses champs d’activité : managérial et d’animation, technique, commercial, administratif, conduite de projets... Ils se caractérisent en particulier par un bon niveau d’autonomie, de responsabilité et de qualification. Leurs fonctions et responsabilités se sont adaptées au cours du temps accompagnant les évolutions technologiques et organisationnelles. Toutes les entreprises du monde occidental fonctionnent sur le même modèle et la notion d’encadrement est bien internationale et non une spécificité française : ils sont appelés ‘cols blancs’ dans d’autres pays.
Les fonctions d’encadrement ont beaucoup de points communs quel que soit le secteur d’activité. Les quelques spécificités sont davantage liées à la taille des entreprises qu’au secteur. L’encadrement est une des clés de l’efficacité de nos PME. L’idée véhiculée que, dans les grandes entreprises, les décisions se concentrent de plus en plus au sommet des organisations est source de démotivation et porteuse d’inefficacité car alors bon nombre d’entre elles ne se prennent pas ou sont prises par défaut et donc hors de toute maitrise. Pour la CFE-CGC une organisation efficace est celle où les décisions se prennent au niveau adapté et dans lequel l’encadrement a toute sa place dans un processus de délégation.

L’encadrement a aussi un rôle important dans l’entretien de bonnes relations de travail et la valorisation de l’humain indispensables à une efficacité durable de nos entreprises. La CFE-CGC appelle à plus de considération des fondamentaux de la psychologie humaine, les salariés s’investissent dans leur travail parce qu’ils en perçoivent un retour en termes de reconnaissance, pas parce qu’ils sont un ETP (Équivalent Temps Plein) affecté à un poste !

La CFE-CGC conteste la vision du ‘modernisme’ imposant la déstructuration progressive de notre activité économique comme la seule route à suivre. Le vrai progrès est dans la valorisation de l’encadrement qui sait mieux que tous comment améliorer la performance de nos entreprises avec le souci de l’humain et du long terme.

La négociation sur la définition de l’encadrement doit se poursuivre dans les termes convenus dans l’ANI du 30 octobre 2015 : C’est une nécessité pour notre pays et notre économie, c’est indispensable pour matérialiser que le dialogue social est encore loyal !